Contact | Lexique | Sites Natixis | Recrutement

Enquête sur l’indice mondial des retraites : les pays d’Europe demeurent les mieux préparés au vieillissement de la population

25/02/2014

Cependant la sécurité financière des retraités est de plus en plus menacée, à la fois dans les pays développés et en développement.

Natixis Global Asset Management publie aujourd’hui un rapport sur l’indice mondial des retraites (Global retirement index), un benchmark mondial permettant de comparer les modèles de 150 pays en fonction des réponses apportées aux besoins des retraités. L’indice est composé de 20 données groupées autour de 4 sous indices thématiques obtenus par la sélection et l’agrégation de données brutes pour l’année 2013, provenant de sources indépendantes et reconnues telles que la Banque Mondiale, l’OMS, ou l’OCDE.

 

L’environnement financier des retraités est en train de se fragiliser dans de nombreux pays développés, où les gouvernements doivent gérer de forts niveaux d’endettement et une pression budgétaire accrue. Dans les pays émergents, le développement des systèmes de retraite ne s’est pas fait au même rythme que la croissance économique, et l’inégalité des salaires reste un frein majeur à une harmonisation des revenus au moment de la retraite. Au niveau mondial, la population vieillit, et ces retraités sont amenés à consommer une part de plus en plus importante des ressources publiques. « Cette situation contribue à rendre la gestion de la crise mondiale du financement des retraites plus complexe, et souligne la nécessité de disposer de sources de financement plus diversifiées et plus stables - notamment l’épargne et les investissements personnels » souligne Christophe Point, Directeur NGAM Distribution France.

 

La France est 15e. Comme les autres pays développés elle fait face à une situation de plus en plus difficile pour répondre aux contraintes de passif de son système de retraite. Les problématiques qu’elle rencontre sont celles partagées par tous les pays à la population vieillissante : l’inflation, l’accroissement de la pression fiscale, et le non financement de la dépendance due au grand âge. Ces facteurs se reflètent dans le sous-indice «Financement des retraites» qui contribue largement à faire baisser la note globale. Cependant la France réussit à rester sur le podium en ce qui concerne le sous-indice « Santé », elle est 2e ex aequo avec l’Allemagne, avec une mention spéciale pour le niveau d’espérance de vie et la qualité du système de sécurité sociale.

 

Implications pour les particuliers : responsabilité accrue et nécessité de repenser la préparation  financière de la retraite
« Même si le niveau de revenus durant la retraite est fonction de facteurs  externes (pérennité des systèmes collectifs de retraite, fiscalité du patrimoine et des rentes…), les investisseurs privés peuvent décider de prendre la situation en main: épargner pour leur retraite, s’informer et suivre les conseils de professionnels de la gestion, et agir de manière à se protéger au maximum des risques externes » observe Christophe Point.

 

Deux récentes études de Natixis Global AM* menées auprès des investisseurs particuliers et des conseillers financiers au niveau mondial, démontrent que la majorité des particuliers (58%) n’ont pas mis en place de plan spécifique de financement pour leur retraite, et la majorité des conseillers financiers observent que leurs clients ont tendance à sous-estimer le montant des revenus dont ils auront besoin.

 

Les investisseurs doivent construire des portefeuilles plus durables capables de générer des performances stables, et de résister aux fluctuations de marché au fil du temps. Leur performance devrait être mesurée en fonction de l’atteinte des objectifs personnels, et non par rapport à un benchmark, au final peu significatif. « En rendant l’investissement plus personnel, et en renforçant l’idée que les individus sont des acteurs clés du processus, leur engagement en matière de planification, d’épargne et de gestion pourrait se voir renforcé », souligne Christophe Point. « Pour que les particuliers parviennent à atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixés pour leur retraite, ils devront s’intéresser en priorité au risque, et construire des portefeuilles durables et diversifiés : des portefeuilles capables de gérer la volatilité à court-terme, de générer des performances dans la durée, de rester exposés au travers des cycles de marché et ainsi d’exploiter pleinement le potentiel de l’épargne. »

 

Les tendances mondiales
C’est en Europe que les populations bénéficieront de la meilleure sécurité financière au moment de prendre leur retraite. En effet, parmi les 150 pays analysés, 12 des 15 premiers pays du classement sont européens. La Suisse, la Norvège, et l’Autriche occupent les 3 premières places avec un score global supérieur à 80%, les autres pays Européens affichant pour la plupart des scores supérieurs à 75%.  Sans surprise, le noyau dur de l’Europe affiche de meilleurs résultats que les pays dits périphériques, où la réduction des programmes sociaux a été plus draconienne.


Les Etats-Unis talonnent le Royaume Uni, et ces deux pays restent stables. Pour la seconde année consécutive, les Etats-Unis arrivent 19e sur 150 pays, et cette stabilité est probablement due au redressement progressif de l’économie, malgré les incertitudes au niveau politique et la période de shutdown. Le Royaume Uni quant à lui arrive à la 18e place, avec un système de santé assez bien noté, mais un système de financement des retraites qui le tire vers le bas. Les faibles taux d’intérêt, associés à une forte pression fiscale, ont impacté les revenus et le pouvoir d’achat des retraités, tout en renforçant les difficultés du système de retraite britannique.


Les plus belles progressions concernent la Nouvelle Zélande, l’Islande  et la Corée, qui enregistrent parmi les plus fortes hausses et se classent  désormais dans le top 20. En Islande, par exemple, le redressement des finances publiques combiné à une faible inflation, des taux d’intérêt bas et le 1er rang du classement mondial pour l’égalité des revenus, ont contribué à améliorer la note générale du pays. Mais même dans les pays les mieux notés, les tendances démographiques exerceront de la pression ; les futurs retraités doivent prendre en compte ces changements dès aujourd’hui et planifier en conséquence.


« Les investisseurs vont devoir gagner en autonomie » ajoute Hervé Guinamant, Président et CEO International Distribution de Natixis Global Asset Management. « Et l’industrie de l’asset management doit s’adapter en fournissant les outils nécessaires à la construction de portefeuilles centrés sur la maitrise du risque, qui minimisent la volatilité et aident les investisseurs à atteindre leurs objectifs d’épargne de long terme ».


*Etude auprès des particuliers réalisée sur un panel de 5560 investisseurs en juin et juillet 2013 et Etude auprès des conseillers financiers : 1300 conseillers interrogés entre août et septembre 2013

 

Classement des 40 premiers pays de l’indice mondial des retraites de Natixis Global AM :

Source: Etude coredata for Natixis Global AM

 

Méthodologie
L’indice mondial des retraites (Global retirement index) de Natixis Global AM est un indice de bien être qui vise à fournir un benchmark mondial pour comparer les modèles de 150 pays en fonction des réponses apportées aux besoins des retraités. L’indice mondial des retraites est composé de 20 données groupées autour de 4 sous indices thématiques obtenus par la sélection et préparation de données brutes pour l’année 2013, provenant de sources indépendantes et reconnues telles que la banque nationale du développement, l’OMS, l’OCDE … Les 4 sous indices thématiques sont:
• La santé (Espérance de vie, Dépenses de santé par habitant, médecins pour 1000 habitants, Indice des dépenses de santé non assurées, Nombre de lits d’hôpital)
• Le bienêtre matériel à la retraite (Indice du revenu par habitant, Indice d’égalité des revenus, taux de chômage)
• La qualité de vie (Ratio de bien être, Pollution de l’air, pollution de l’eau, Biodiversité et habitat, Mesure des changements climatiques)
• Le financement des retraites (Environnement d’investissement, Dépendance liée au grand âge, Inflation, Taux d’intérêt, Pression fiscale, Taux de défaut des prêts bancaires, Taux endettement du gouvernement, indice de robustesse des institutions)

L’intégralité du rapport est consultable en anglais via le lien suivant : www.ngam.natixis.com/espacepresse
Plus d’information sur : www.durableportfolios.com

 

Contacts presse :

Natixis     
Andrea Pucnik    
Tél. +33 (0)1 58 32 01 03   
andrea.pucnik@natixis.com  

Natixis Global Asset Management
Stéphanie Mallet
Tél. +33 (0)1 78 40 81 85
stephanie.mallet@am.natixis.com

 

À propos de Natixis Global Asset Management
Natixis Global Asset Management figure parmi les quinze premiers asset managers mondiaux en termes d’encours sous gestion*. Ses sociétés de gestion affiliées offrent des produits de placement conçus pour accroître et protéger le patrimoine et le capital retraite d’une clientèle d’investisseurs institutionnels et de particuliers.
Son réseau de distribution propre lui permet d’offrir les produits de ses filiales à travers le monde. Natixis Global Asset Management met en commun les compétences d’un ensemble de sociétés de gestion spécialisées en Europe, aux États-Unis et en Asie pour offrir une large gamme de stratégies de placements en actions, obligations et gestion alternative.
Natixis Global Asset Management, dont le siège est situé à Paris et à Boston, totalisait un encours sous gestion de 629,2 milliards d’euros au 31 décembre 2013**. Natixis Global Asset Management est une filiale de Natixis.

*Source : Cerulli Quantitative Update : Global Markets 2013 situe Natixis Global Asset Management à la 15e
position parmi les asset managers mondiaux sur la base des actifs sous gestion au 31 décembre 2012.
** Source : Natixis Global Asset Management